Echelle de dépression de Hamilton

-----

Pour chacun des 17 items, choisir la définition qui caractérise le mieux le malade.

Humeur dépressive
(tristesse, sentiment d'être sans espoir, impuissant, auto-dépréciation)

Sentiments de culpabilité

Suicide

Insomnie du début de la nuit

Insomnie du milieu de la nuit

Insomnie du matin

Travail et activités

Ralentissement
(lenteur de la pensée et du langage ; baisse de la faculté de concentration ; baisse de l'activité motrice).

Agitation

Anxiété psychique

Anxiété somatique
Concomitants physiques de l'anxiété tels que : gastro-intestinaux (bouche sèche, troubles digestifs, diarrhée, coliques, éructations), cardiovasculaires (palpitations, céphalées), respiratoires (hyperventilation, soupirs), pollakiurie, transpiration.

Symptômes somatiques gastro-intestinaux

Symptômes somatiques généraux

Symptômes génitaux
symptômes tels que : perte de libido, troubles menstruels.

Hypocondrie

Perte de poids : (coter soit A, soit B)
A : D'après les dires du malade
B : Appréciation par pesées hebdomadaires par le personnel soignant lorsque des modifications actuelles de poids sont évaluées

Prise de conscience



Résultat :

Interprétation:
     L'échelle de dépression de Hamilton est le test le plus utilisé pour évaluer l'intensité des symptômes dépressifs. Il est valable pour toutes les personnes, y compris les personnes âgées bien que certains aspects puissent être parfois inopérants (par ex. ceux qui font référence aux activités professionnelles alors qu'il peut s'agir de personnes en retraite).
     L'évaluation est généralement faite toutes le deux semaines. Plus la note est élevée, plus la dépression est grave :
     Score de 10 à 13 : symptômes dépressifs légers.
     Score de 14 à 17 : symptômes dépressifs légers à modérés.
     Score supérieur à 18 : symptômes dépressifs modérés à sévères.

Références:
     M. Hamilton, « A rating scale for depression », dans Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, no 23, 1960, p. 56-62.
     M. Hamilton, « Assessment of change in psychiatric state by means of rating scales », dans Proceedings of the Royal Society of Medicine, no 59 (Suppl. 1), 1966, p. 10-13.
     M. Hamilton, « Rating depressive patients », dans Journal of Clinical Psychiatry, no 41, 1980, p. 21-24.


[Racine] - [Alphabétique] - [Spécialités]